Bon. Voilà. Dernier papier avant le premier tour. Ca va vous ? Vous savez pour qui vous allez voter, si vous votez ? Parce que, mardi dernier, un sondage est paru. Pas une de ces enquêtes où Nico repasse devant Francky et JL devant Ririne. Non, un beau truc estampillé Ipsos ou TNS-Sofres qui nous disait deux choses. D'abord, un électeur sur deux a changé d'avis pendant la campagne. La proportion est tout de même énorme ! Dans votre entourage, une personne sur deux est partie pour voter X et a fini par voter Y. Grâce à une bonne campagne de l'un, à une mauvaise de l'autre, à un évènement particulier ? Espérons néanmoins qu'un électeur de Nicolas Dupont-Aignan ne s'est pas dirigé vers Jean-Luc Mélenchon ou l'inverse, car ce serait à désespérer du bon peuple de veaux que nous sommes. On peut trouver un candidat plus intéressant que celui pour lequel on penchait au départ. Mais qu'au moins il y ait une cohérence dans la démarche !

Chacun trouvera son thème de prédilection et, souvent, trouvera son candidat en fonction. Droit des femmes, des homosexuels, fiscalité, politique étrangère, immigration : les candidats ont évoqué un très large panel de propositions et au moins une d'entre-elles a dû toucher l'électeur lambda particulièrement. Si ça n'est pas dans ses convictions personnelles, ce sera dans sa vie professionnelle. Ou dans son entourage, lequel ne manquera pas de le pousser à se prononcer pour un candidat en particulier.

Le deuxième point de ce fameux sondage concernait les "indécis". Oh, que n'a-t-on entendu parler de ces indécis, de ces 25% du corps électoral qui, en début de semaine, n'avait pas encore choisi. "Petites phrases et grandes idée" a un message extrêmement sincère pour toutes les personnes qui n'ont pas encore choisi à l'heure où ces lignes sont publiées : ne votez pas ! Ou votez blanc ! Si vous ne savez pas, à deux jours du scrutin, pour qui vous allez voter, ne votez pas. Ne donnez pas un suffrage choisi dans l'isoloir.

Et là reviennent les souvenir traumatisants de 2007, de toutes ces personnes entendues à la télé, à la radio ou dans la rue. "Royal ou Sarkozy ? J'ai pas encore choisi !" Mais une personne incapable de choisir entre un candidat UMP et un candidat PS devrait se voir retirer le droit de vote ! Nous avons deux projets pour la France diamétralement opposés et, comme dans Loft Story, on ne sait pas si on appuie sur 1 ou sur 2. Incroyable !

Bref, de tout coeur "Petites phrases et grandes idées" espère que vous faites partie de la majorité écrasante des "décidés". Et n'oubliez pas d'oublier de fêter les 10 du 21 avril 2002. Votez bien, ou ne votez pas, faites ce que vous voulez, mais faites-le avec conviction. Bon week-end électoral à tous ! (Et bon week-end nuptial à certains !)